Satisfaction du travail effectué…

Mon miel de printemps a obtenu une médaille d’argent au concours des miels de Picardie 2017.

Commentaires: « ‘Belle couleur, bonne odeur à l’ouverture du pot, bon goût qui reste en bouche, granulation très fine »

Malheureusement, je suis en rupture de stock ……

Il est bien là….

Le frelon asiatique était présent en Picardie mais je n’avais pas encore eu l’occasion d’y être confronté.

C’est malheureusement chose faite puisque   j’ai capturé plusieurs spécimens sur la commune de Beuvraignes.

Il va falloir maintenant gérer ce problème en protégeant les ruchers. Pour l’instant la prédation est encore faible mais je ne me  fais pas d’illusion sur l’évolution de ce fléau.

 

 

                                  

De retour….

Je vous disais en février qu’il était urgent d’attendre….  rassurez vous,  j’ai quand même travaillé au rucher depuis ce temps mais le temps m’a manqué pour renseigner régulièrement ce blog.

La saison est maintenant terminée, la récolte de printemps a été très satisfaisante mais la sécheresse du début d’été n’a pas permis la production de nectar et la récolte d’été s’avère dérisoire.  Il est désormais temps de préparer 2018.

Il est impératif de vérifier la présence de la reine dans les colonies, la qualité du couvain et d’estimer la quantité de réserve disponible.

Si nécessaire, un nourrissement de stimulation pourra être entrepris en apportant par petite quantité (25 cl tous les deux ou trois jours) un sirop composé de 50 % de sucre et 50 % d’eau auquel vous pourrez ajouter  1 cuillère à soupe de vinaigre de cidre par litre. Ceci permettra de tromper la colonie en faisant croire à une miellée et relancera la ponte de la reine.

Et surtout, les traitements contre le varroa seront effectués le plus tôt possible afin de disposer d’abeilles d’hiver en pleine forme.

 

 

 

Février, il est urgent….d’attendre

Ne nous trompons pas, malgré les températures douces de ces derniers jours, nous sommes encore en hiver. Il n’est pour l’instant pas question de visiter les ruches , la patience est une des qualités primordiales en apiculture. La reine reprend doucement sa ponte et le couvain doit être maintenu à une température constante de 35 °. Je vous laisse imaginer les dégâts  si d’aventure l’idée vous venez de lever les cadres « juste pour voir… »

Il est par contre essentiel de peser les ruches car la reprise de la ponte et le maintien d’une température optimale pour le couvain entraînent une consommation accrue des réserves de miel. Les rentrées de nectar étant quasi nulles à cette époque les réserves ne peuvent être reconstituées, il est indispensable de peser les ruches tous les 15 jours et d’ajouter si besoin un pain de candi.

Avec le début de l’élevage, les besoins en eau vont s’accroître; il est donc temps d’installer un abreuvoir au rucher . les abeilles  consomment une très grande quantité d’eau pour préparer la bouillie larvaire mais aussi pour climatiser la ruche.  La mise en place de cette ressource  très tôt dans la saison leur permettra de s’habituer à s’approvisionner en eau  à une source proche de leur habitat et d’éviter de boire  la rosée des plantes traitées à l’insecticide…

                                                                                                                                                               Rentrée de pollen le 15 février 2017

Hivernage

Les ruches sont maintenant prêtes pour l’hivernage:

Les entrées ont été réduites dès la récolte afin de limiter le risque de pillage et  d’éviter que la chaleur de la ruche ne serve de logis à quelques squatters indésirables (mulot, musaraignes…)

Chaque colonie dispose d’une quinzaine de kilos de réserve, l’isolation du toit a été renforcée  mais le plateau inférieur reste ouvert afin d’assurer une circulation optimale de l’air. Car si les abeilles ne craignent pas le froid, elles redoutent l’humidité.

Un filet anti pic-vert a été installé car ce magnifique oiseau m’a déjà joué quelques tours dans le passé…

 

Ruches prêtes pour l'hiver

Fête de l’abeille noire du Conservatoire National d’Ile de France

 

Hedera helix

« Hedera helix »:  Nom scientifique du lierre grimpant.
A cette époque de l’année nos avettes profitent du soleil automnal pour s’activer sur les fleurs de cette plante.
Bien que paraissant insignifiantes ces dernières fournissent nectar et pollen en grande quantité et sont une des dernières ressources permettant de compléter les réserves hivernales.

 

Le lierre est une plante assez étonnante pour celui qui s’intéresse un tant soit peu à la botanique,  en effet ses feuilles présentent deux formes différentes suivant qu’elles portent ou non des fleurs.

Cette particularité est appelé dimorphisme foliaire.

Feuilles de lierre ne portant pas de fleurs

Feuilles de lierre des tiges florifères

A cette époque de l’année, les ruches sont prêtes pour l’hivernage. Pour passer l’hiver sans encombre les abeilles doivent disposer d’une quinzaine de kilos de provisions. L’abeille noire a la particularité de stocker une partie de  ses provisions près du couvain ce qui lui permet de traverser les périodes de grand froid plus facilement car elle n’a pas à se déplacer pour trouver sa nourriture.

Les interventions de l’apiculteur vont maintenant se limiter à la surveillance du rucher afin d’éviter tout stress aux abeilles. (branches qui frottent le toit des ruches, passage d’animaux pouvant les renverser…)

Récolte de la propolis

La propolis est une substance résineuse récoltée  par les abeilles à partir   de la résine de  certains arbres.

La propolis est connue depuis très longtemps pour ses propriétés anti infectieuses et anti fongiques: les égyptiens l’utilisaient déjà pour embaumer les morts, les soldats romains l’utilisaient pour soigner leurs plaies et Aristote la considérait comme un remède aux affections de la peau, plaies et suppurations.

Chez les abeilles la propolis a plusieurs fonctions:

- Colmater les fissures de la ruche afin d’éviter les courants d’air

- Assainir l’habitat et embaumer les cadavres des animaux qui ne peuvent être sortis de la ruche (limace, souris..)afin d’éviter la prolifération de germes.

La récolte de la propolis se fait de deux façons:

- En grattant les cadres qui en sont recouverts à l’aide d’un outil tranchant: cette méthode a pour principal inconvénient de récolter aussi des impuretés (morceaux de bois, cadavres d’abeilles…)

- En plaçant au dessus des cadres une grille composée de petits trous. Les abeilles ayant horreur du vide s’empressent de combler ces trous avec… de la propolis.

Je récolte uniquement de la propolis de grille qui est de bien meilleure qualité que la propolis de grattage.

Au mois de mars je place les grilles sur les têtes de cadres et je les retire au mois d’aôut.

La grille est placée quelques heures au congélateur, la propolis devient alors dure et cassante et se retire facilement de la grille.

 

La propolis récoltée est conditionnée dans des pots de 20g.

Léchage des opercules en vidéo…

Vidéo I. Roussel

Délicieux ce miel….

Récolte 2016:  Abeille se régalant du miel sur une cire d’opercule….